BEAC: Voyage au travers d’une initiative éduco-culturelle de l’Anjou au Burkina

« Si tu diffères de moi, loin de me nuire, tu m’enrichis.« 

L’association BEAC (Banfora éducation arts et culture), émergente sur la scène solidaire, soutient des projets éducatifs, culturels et artistiques dans la ville de Banfora au Burkina Faso. Julien Hoffmann, président de l’association est à la tête de cette initiative familiale.

Son premier grand projet est un espace scolaire qui accueille des élèves de tout âge, désirant apprendre dans des conditions favorables. Chaque mois d’août, se tient un camp de vacances – Education et Art, qui accueille en moyenne près de 50 élèves autour de cours généraux, d’activités artistiques et de cours de sensibilisation. A pas de tortue, l’association s’épanouie et jouit aujourd’hui d’une petite communauté rassemblée autour d’elle, à Banfora même, mais aussi en Anjou! « A ce jour, nous dit Julien Hoffmann, plus de 800 élèves ont pu bénéficier de notre espace scolaire. Il y a 5 ans quand nous avons construit notre fameuse paillotte,  nous aurions pu avoir des doutes sur la nécessité d’établir un espace scolaire. Or, depuis bien longtemps, ces doutes se sont dissipés : nos élèves se sont approprié l’espace et ne cessent de nous remercier pour cette initiative.  Les élèves se sont très bien organisés,  grâce aussi à nos encadrants burkinabés qui maintiennent une dynamique constante et sont toujours dans un processus d’optimisation de notre espace. »

« D’ici deux semaines, débutera notre camp d’été « Education et Art » pour sa sixième édition. Comme chaque année, il fera le bonheur des élèves qui ne partent pas en vacances. Nos élèves pourront se préparer à la rentrée prochaine en  travaillant Math, Français et Anglais trois heures chaque matin. Ils pourront également suivre des sensibilisations (santé, environnement, prévention routière) l’après-midi ainsi que les activités artistiques (sculpture, vannerie, poterie, peinture, bogolan). Cette année une cinquantaine d’enfants seront accueillis pour ce camp qui emploie au total 16 personnes (professeurs, artistes, intervenants, cuisinière, encadrants  etc…). »

Tout au long de l’année l’association organise des manifestations culturelles qui permettent de lever des fonds et de sensibiliser à sa cause. Le festival « La Nuit Burkinabée » en est l’événement majeur organisé dans la région angevine et qui réunit près de 400 visiteurs. Cette année la 4ème édition de La Nuit Burkinabée se déroulera le samedi 30 Juillet sur le site Centrale 7 à Nyoiseau (49) où sont installés des ateliers d’artistes. Festival musical avant tout, de la musique traditionnelle, hip hop, à de l’afro groove, il est aussi l’occasion de partager un repas africain, de découvrir des artistes locaux et internationaux, un marché associatif et des initiatives éco-responsables.

Et le futur…

« Autre point très important : depuis 1 année déjà nous vous parlons de l’acquisition d’un terrain pour faire face à la demande toujours croissante des élèves, et pour pouvoir développer de nouvelles activités. Nous avançons à grands pas dans cette étape cruciale. Bien entendu, acquisition d’un terrain ne signifie pas déménagement immédiat. Cette acquisition s’inscrit dans un processus à long terme. En effet, ce terrain vierge de 10 000 m² deviendra à long terme le siège de l’association et le lieu qui regroupera l’ensemble de nos activités. Si nous sommes confiants pour finaliser ce dossier avant la fin de l’année 2016, les premières constructions ne débuteront pas avant 2 ans : il faudra avant toute chose faire venir l’électricité, l’eau. »

Capture d’écran 2016-07-07 à 10.27.06

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *